Se déplacer à Bali

Se déplacer à Bali

Pour que vous puissiez mieux appréhender vos déplacements sur l’île des dieux et ainsi profiter de votre séjour, voici les moyens de transport disponibles sur place.

Le scooter

Pour se déplacer rapidement à Bali, il n’y a pas plus pratique que le scooter. Non seulement, il vous permettra de découvrir l’île à votre rythme, mais aussi de dénicher les recoins secrets de l’île inaccessibles en voiture.

Les scooters se louent à un prix généralement abordable. Pour une journée, comptez dans les 70 000 Rp et pour une semaine environ 350 000 Rp. Il est à noter que ces tarifs comprennent souvent l’assurance. Par ailleurs, avant d’explorer les routes balinaises, n’oubliez pas d’enfiler votre casque et d’emmener votre permis international, car si jamais vous vous faites contrôler sans ce document (surtout dans les zones touristiques), les agents routiers locaux ne se priveront pas de vous donner une belle amende.

Note : la circulation à Bali est plutôt chaotique dans les villes, alors si vous n’êtes pas rompu à la conduite d’un scooter ou d’un deux-roues, il est préférable de ne pas opter pour ce moyen de transport. Pour ceux qui savent en conduire, n’hésitez pas à klaxonner le plus souvent possible pour vous signaler auprès des autres usagers de la route.

Quelques conseils à prendre en compte avant de louer un scooter

-        Vérifier si le scooter démarre au quart de tour

-        S’assurer du bon fonctionnement du système de freinage

-        Jeter un coup d’œil sur l’usure des pneumatiques

-        Ne laisser que la copie du passeport au propriétaire (dans la mesure du possible)

-        Prendre en photo le scooter dans tous les recoins et chaque égratinure visible

Rappel : sur l’île, on conduit du côté gauche de la route.

Le minivan

Les Balinais l’appellent « Bemo », et il s’agit du moyen de transport le plus commun sur l’île. Pour établir un premier contact avec les locaux, il n’y a rien de mieux que de monter à bord d’un de ces minivans rouges, orange ou bleus. Ces derniers relient les villes et les villages de Bali entre eux à longueur de journée. Ils sont souvent stationnés au bord de la route ou près des terminaux de bus, mais on peut aussi les prendre au hasard.

Comptant environ une dizaine de places, le confort à bord d’un bemo est plutôt sommaire, mais c’est au niveau du prix qu’il se différencie des autres types de transport. Le frais de transport se paie directement au chauffeur. En général, le tarif n’est généralement pas affiché dans le véhicule, mais au minimum, un trajet de courte distance coûte environ 5 000 Rp.

Le bus

La majorité des bus circulant à Bali appartiennent à des compagnies privées. Le nombre de places va généralement d’une trentaine à une quarantaine. Ils sont assez confortables, et certains disposent même de l’air conditionné à bord. Il faut savoir que les bus locaux sont non-fumeurs. Pour ce qui est du trajet, les bus de Bali couvrent les grandes distances (Denpasar, Singaraja, Gilimanuk) et desservent les axes sud-nord, nord-est et nord-ouest ou encore sud-est et nord-ouest.

Le taxi

Les taxis de Bali sont dotés de compteurs. En embarquant dans un taxi local, vous remarquerez que le compteur indique toujours 5 000 Rp, c’est le montant minimum d’une course. Ce tarif peut augmenter en fonction de la longueur du trajet et de la densité du trafic. Par contre, si vous avez réservé par téléphone, comptez dans les 30 000 Rp.

Note : Même si le prix est toujours affiché sur le compteur, il est toujours préférable de se renseigner sur le prix moyen du trajet.

Avant d’entamer la course, n’hésitez pas à demander au chauffeur de mettre le compteur en marche s’il l’a éteint. Certains d’entre eux sont rusés et font semblant de lancer la discussion pour détourner l’attention de leur client intentionné. Si jamais vous avez affaire à ce genre de chauffeur, surtout ne vous gênez pas pour dire « meter please » !

Si vous souhaitez avoir un service de bonne qualité, optez pour les taxis du groupe Bluebird. Leurs véhicules sont de couleur bleue et il s’agit de la compagnie la plus réputée sur l’île. Toutefois, faites attention, car des taxis de même coloris imitent parfaitement les taxis du groupe. Certains d’entre eux utilisent les mêmes modèles que ceux du groupe, des Toyota « Yaris » (version berline). Pour différencier les vrais des faux, il suffit de regarder sur les pare-brises des véhicules. Les voitures officielles de la compagnie arborent fièrement la mention « Blue Bird Group » sur leur pare-brise.

La voiture de location

Si vous choisissez cette option pour vos déplacements à Bali, l’idéal est de faire appel à une agence proposant des véhicules avec chauffeur. Cela vous évitera les tracas avec l’assurance. En général, le coût de la location est d’environ 200 000 Rp par jour. En ce qui concerne le chauffeur, celui-ci travaille généralement pendant 8 heures, mais si vous vous arrangez avec ce dernier, il pourra effectuer des heures supplémentaires moyennant 50 000 Rp de l’heure. Sachez qu’il est également coutume de laisser un pourboire de 75 000 Rp par jour.

Si vous avez choisi de louer une voiture sans chauffeur, le mieux est d’opter pour un modèle compact, de préférence un petit 4x4, car les routes de Bali sont assez étroites. Ce genre de véhicule coûte environ 50 000 Rp par jour (avec assurance et kilométrage illimité), mais ce prix reste bien entendu négociable.

Le vélo

Ce moyen de locomotion que les Balinais appellent « sepada » est surtout pratique pour se balader dans les villes et les villages de l’île. Le petit inconvénient du vélo est que ceux qui sont proposés en location par les locaux sont parfois en mauvais état. Dans les hôtels, par contre, ils sont mieux entretenus. Pour une journée, comptez dans les 30 000 Rp.

La circulation à Bali

Comme il a été mentionné un peu plus haut, l’anarchie règne dans les rues de Bali, notamment dans le sud de l’île. En effet, les usagers de la route font comme bon leur semble et ne se soucient généralement pas des autres automobilistes ou scootéristes. Les piétons, eux, ne traversent pas sur les passages dédiés. En ce qui concerne les scooters, ceux-ci ont la mauvaise manie de couper la voie à certains carrefours et ignorent les feux tricolores. Pour les voitures, certaines d’entre elles ne cèdent pas le passage sur des voies pourtant prioritaires. Avec ce grand désordre, vous l’aurez compris, il faut être particulièrement prudent lorsqu’on conduit à Bali et toujours signaler sa présence avec le klaxon.

NOS CIRCUITS
Lie a ce conseil de voyage
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$

Bonjour

Je suis Alice de "Bali circuits". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Prix d'un appel local
+(33) 09 70 19 62 82