Les Geckos, une rencontre commune à Bali

Les Geckos, une rencontre commune à Bali

26 juil. 2019

Les Geckos sont parmi les rencontres animales les plus communes à Bali. Ces lézards, érigés au rang de symbole, colonisent les murs des habitations qu'ils parcourent en défiant la gravité, mais aussi les tissus de paréo, les vitrines de bijoutiers, celles d'articles de décoration.
 Et puis non contents de se montrer, ils se font aussi entendre !

Les différents type de Gecko que l'on retrouve à Bali

La famille des Geckos est originaire d'Asie et remonte au jurassique. La majorité de ses représentants est caractérisée par des yeux sans paupières. À Bali, on croise communément le Gecko commun, ou Cicak, d'une douzaine de centimètre maximum, il se montre essentiellement à la nuit tombée autour des sources de lumière pour chasser les moustiques à l'intérieur comme à l'extérieur. Il produit un son très particulier. Au début, on croit souvent qu'il s'agit du cri d'un oiseau.

Et puis il y a le Gecko Tokay, beaucoup plus gros qui peut atteindre trente cinq centimètres. Sa robe tachetée de point oranges est immédiatement reconnaissable. Le Tokay est aussi une espèce nocturne et parfois un Tokay prend ses quartiers dans une pièce fréquentée , elle devient alors son territoire qu'il défend contre toute intrusion de concurrent. C'est une vision assez étonnante que de voir ce grand lézard sortir de derrière un tableau pendant qu'on dine.

Un Tokay à la maison c'est un atout car il se nourrit des araignées et autres insectes, bien qu'il ne rechigne pas à mettre à son menu souris ou chauves souris. Mais on l'entend plus fréquemment qu'on ne le voit. Il produit un son très caractéristique : cela commence par une ou deux séries de claquements puis un répétitif "Ge-ko, Ge-ko..." , certains entendent plutôt To-Kay - To-Kay…" 


Il faut néanmoins s'en méfier car le Gecko Tokay est un reptile agressif qui mord facilement lorsqu'il se sent en danger, aucun risque si on le laisse tranquille sur son mur. Il a par ailleurs la faculté de détacher sa queue pour faire diversion en cas d'attaque d'un prédateur.

Ce lézard peut tout à fait vivre en captivité et il parfois apprivoisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Alice de "Bali circuits". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Prix d'un appel local
+(33) 09 70 19 62 82